A quand une journée de la méchanceté ?

Par Jean-Pierre Testa le 12 décembre 2011

Pourquoi parler encore de gentillesse alors que l’édition 2011 de la Journée de la Gentillesse, organisée par Psychologies Magazine, a eu lieu le 13 novembre et que la prochaine n’aura lieu que dans un an ?

Dans son billet « Journée de la gentillesse : pourquoi les gens ne sont –ils pas gentils » sur le blog efficacité professionnelle, Alain Duluc nous a expliqué pourquoi nous ne sommes pas gentils mais est-il souhaitable de l’être quand on est manager ?

Pourquoi la gentillesse a-t-elle mauvaise presse en management ?

Cela nous renvoie probablement à notre enfance et à une utilisation dévoyée du terme de gentillesse. Lorsque des adultes disent qu’un petit garçon (ou une petite fille) est gentil(le), ils valorisent sa docilité, son obéissance et le fait qu’il (ou elle) ne les dérange pas comme nous le rappelle des phrases telles que : « Oh, vous savez, d’habitude il est gentil ! ». L’injonction « Sois gentil » est bien souvent synonyme de « sois docile ».

Comment s’étonner alors que des années plus tard, quand on dit d’un manager est gentil, la dévalorisation voire le mépris ne soient pas loin ou que de nouveaux managers adoptent comme credo : « maintenant, il ne faut plus que je sois gentil » en confandant autorité et méchanceté.

Réhabilitons la gentillesse

Pour y voir plus clair, je me suis emparé d’un dictionnaire pour y lire : « Gentillesse : caractère de quelqu’un qui est d’une complaisance attentive et aimable, caractère de ses propos, de son comportement, bonté » et « Méchanceté : volonté de nuire, de faire mal, malveillance, malignité ».

Attention aux autres, amabilité, bonté… En ces temps où les qualités relationnelles du manager pour prévenir les risques psychosociaux, la discrimination, le stress (cf. le billet d’Annette Chazoule) mon choix était fait : je décidais d’être gentil le plus souvent possible et méchant le plus rarement possible.

J’ai eu à ce moment-là un regret : que la journée de la gentillesse ait eu lieu un dimanche et que les collaborateurs n’aient pas pu en en bénéficier.

Les avantages d’une journée de la méchanceté

De cette décision est née l’idée d’organiser une Journée de la Méchanceté. J’y vois plusieurs avantages :

• la méchanceté serait Limitée dans le temps,

• chacun pourrait s’y préparer et prévenir son entourage,

• on pourrait s’échanger les « meilleures » pratiques,

• les méchancetés à succès pourraient alimenter les discussions.

Je milite pour 364 jours de gentillesse et 1 jour de méchanceté à la carte que le manager pourrait choisir de préférence quand les conjoints, les enfants, les amis…et les collaborateurs sont absents.

Merci d’avance pour votre soutien pour l’instauration de la journée de la méchanceté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alain Duluc

Alain Il y a 2 années (11h23)

Quelle bonne idée, une seul jour de méchanceté par an.

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (14h58)

Merci. Cordialement

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 2 années (15h51)

Très bonne idée que celle de canaliser la méchanceté sur une seule journée. Je serais d'avis que cette journée soit la même pour tous : si chacun peut choisir SA journée de la méchanceté, il y a encore un risque pour des "permanences" s'organisent spontanément, diffusant leurs mauvaises ondes sur
la planète. Or, nous savons que les mauvaises ondes invitent d'autres mauvaises ondes à se manifester (certains modèles bienveillants disent alors qu'une séquence de stress chez une personne invite le masque du stress chez son interlocuteur)...heureusement ce n'est pas une fatalité, mais il faut tout de même une bonne dose d'énergie et de confiance en soi pour y résister. Lire la suite

Répondre
Pia Martin

Pia Martin Il y a 2 années (15h53)

Voilà une idée superbe !! A quelle saison la programmer ?

Répondre

Gilles Il y a 2 années (16h21)

Gentillesse ou méchanceté, sauveur ou persécuteur, cette logique binaire ne devient-elle pas stérile sans la notion de victime? Stephen Karpman dans son triangle dramatique illustre bien, que chaque acteur dans sa relation à l'autre, peut trouver des bénéfices émotionnels antagonistes a être tantôt Persécuteur>rôle du méchant qui prend plaisir à
faire du mal>mais qui peut ressentir après coup de la culpabilité et du regret (sauf pathologie), tantôt Sauveur> rôle du gentil qui vient en aide>mais qui peut vouloir en dégager un profit (sauf pour les vrais altruistes!) et enfin Victime> rôle du plaignant qui subit>mais qui peut y trouver un certain confort surtout lorsqu'il s'agit de se remettre soi-même en question. Alors qu'en est-il réellement de la gentillesse ou de la méchanceté ressentie, dans une société qui apprend très tôt à être "maso" ("il faut se donner du mal pour y arriver!", "), qui cultive l'art de la contestation (enfant qui se rebelle devant son parent normatif) et qui idolâtre leurs Chevaliers Blancs et autres Robin des Bois (no comment)? Au travail ou à la maison, prendre conscience que l'on peut au quotidien, être victime d'une gentillesse et tiré profit d'une méchanceté, serait à mon sens l'occasion d'apprendre à acquérir une réelle maturité relationnelle envers soi-même et les autres. Facile à dire... Lire la suite

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (07h06)

@ Pascale : merci.Je retiens ta suggestion d'une seule journée pour tous.

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (07h08)

@Pia : merci. La journée de la gentillesse est en novembre. Pourquoi pas au printemps?

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (07h12)

@Gilles : merci pour cette intéressante contribution qui nous rappelle le caractère systémique de toute relation. Cordialement

Répondre

Camille Guillaume Il y a 2 années (01h09)

J'adore votre blog ! Continuez ainsi ! N'hésitez pas cependant à jetez un oeil à la première Web TV en Droit & Management des Affaires ! Vous y trouverez des centaines d'avis d'experts en un clic ! A très bientôt !

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (05h42)

@Camille Guillaume : merci pour vos encouragements et votre conseil. Cordialement

Répondre

Elena Il y a 2 années (19h22)

Pourquoi pas le 29 février ? On multiplie 364 jours de gentillesse par 4 contre 1 jour de méchanceté.

Répondre

Elena Il y a 2 années (19h25)

365 même

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (06h21)

@Elena : merci pour vos 2 contributions. Cordialement.

Répondre

Elena Il y a 2 années (20h41)

@Jean-Pierre : De rien. Le 29/02 est à priori la date fatidique dans le calendrier orthodoxe, car c'est le jour de Saint Jean Cassien qu'on n'aime pas du tout. Il existe beaucoup de légendes russes qui le caractérisent comme particulièrement méchant, surtout son regard. On dit : "Tout ce qu'il
regarde pourrit." Je n'ai fait qu'une allusion logique :) Lire la suite

Répondre
Jean-Pierre Testa

Jean-Pierre Il y a 2 années (08h22)

@Elena : merci pour cet éclairage.Le jour pourrait être choisi en fonction des personnages réputés "méchants" dans chaque culture. Cordialement

Répondre

laurent Il y a 10 mois (15h18)

La gentillesse véritable, comme la méchanceté qui, elle , est rarement feinte, sont des qualités ou des défauts naturels, non simulés, stratégiquement. Mais nous sommes dans un état de guerre économique et de rivalité, en raison d'une origine culturelle grecque et romaine, maintenue , malgré le christianisme, au moyen âge,
sous la forme des joutes chevaleresques, qui ont inspiré le sport, à la fin du 19ème pour occuper les aristocrates et les bourgeois. Si le sport est le modèle de relation à autrui; c'est parce que le capitalisme oblige les masses à rivaliser au niveau individuel pour mieux profiter à quelques très riches. La gentillesse est évidemment un défaut, dans ce contexte, ou bien une arme de manipulation (et donc pas de la gentillesse véritable.) ...ou "quand ceux qui méprisent la gentillesse, se mettent à en parler !". Où sont ceux qui pensent la paix ? La sécurité pour les riches, après Hiroshima; c'est encore et toujours la guerre !!!! Notre époque est un néant suspendu sur le vide ! Lire la suite

Répondre