Managers : 12 bonnes résolutions pour 2012

Par Annette Chazoule le 3 janvier 2012

Meilleurs vœux !

En ce temps ou la crise impacte nos activités et nos vies professionnelles, ou le pessimisme peut nous gagner à force de constats d’impuissance et de récits de catastrophes, je vous propose d’aborder cette nouvelle année avec une vision « renouvelée » des traditionnelles bonnes résolutions.

1. Avoir à l’esprit que notre cerveau est par nature optimiste

Dans le Figaro de ce samedi 31 décembre, un article nous apprend que notre cerveau fonctionne avec ce que les psychologues cognitivistes nomment un biais d’optimisme , selon Talit Sharot professeur en neurosciences et en psychologie à l’University collège de Londres « Quand il s’agit de prédire ce qui va nous arriver demain, la semaine prochaine ou dans cinquante ans, nous surestimons la probabilité des événements positifs et sous-estimons celle des évènements négatifs »

2. Utiliser notre « optimisme constitutionnel » pour construire une vision positive de cette nouvelle année

Alors que faire de cette découverte ? En prendre conscience, peut nous aider, dans cette période de contexte économique morose à faire face, et à envisager notre activité professionnelle de 2012 avec enthousiasme quels qu’en soient les écueils prévisibles.

3. Appliquer à bon escient les méthodes de « vision positive »

Voir plus loin que la crise, continuer à croire en nos projets, nos idées et porter vers les équipes un discours de soutien et d’encouragement pour collectivement surmonter les difficultés économiques. L’optimisme est physiquement présent dans notre cerveau et l’imagerie cérébrale montre que ce sont deux régions particulières qui sont activées, qui impliquent également les émotions et la motivation.

4. Renforcer sa capacité managériale à communiquer avec efficacité

Utiliser un filtre d’optimisme dans notre mode communication peut se révéler efficace : certes la situation présente est difficile, mais demain est porteur d’espoir d’amélioration et les efforts collectifs un gage de ce potentiel.

5. Aborder toute nouvelle situation comme un défi intéressant à relever

En effet, chaque moment ou décision « difficile » peut être l’occasion de voir les choses sous un jour nouveau et de transformer une contrainte en une opportunité. Trouver ensemble des solutions inédites pour faire face à un contexte difficile, transformer la perte de repères en défi à relever, voilà un projet managérial mobilisateur !

6. Faire acte de pragmatisme face aux difficultés potentielles

Selon la psychologue canadienne J Polivy de l’université de Toronto, il faut se souvenir que nous allons abandonner des choses que nous aimons, nos mauvaises habitudes, pour faire des choses que nous n’aimons pas , donc savoir que ce sera difficile » et l’aborder en pleine conscience .

7. Se préparer aux catastrophes

Les psychologues cognitivistes l’ont démontré « celui qui réussit est celui qui sait prévoir les scénarios catastrophes et a préparé un faisceau de solutions possibles pour les affronter » le plan B n’est pas un acte de pessimisme mais au contraire une assurance de bonne gestion.

8. Revoir sa propre relation au temps

Toujours, selon J Polivy il nous faut « accepter l’idée que les changements vont nécessiter des modifications réelles et soutenues de nos comportements et que ce sera lent, difficile et conduira à des résultats progressifs et modérés plutôt qu’à des changements importants, faciles et immédiats ».

9. Valider sa propre capacité individuelle à « faire face »

Selon l’article « nous sommes plus facilement pessimistes pour la situation économique du pays, de l’entreprise, que pour notre situation personnelle ». Et vous dans votre rôle de manager comment pouvez-vous mobiliser vos propres ressources individuelles d’optimisme ?

10. Se préserver en tant que personne

Plus que jamais dans un contexte difficile, il est primordial de se ménager des moments « à soi » ou l’on retrouve un temps de réflexion personnelle, de prise de recul face à la frénésie de la vie professionnelle.

11. Ecouter ses propres besoins psychologiques pour exercer son métier de manager

Chacun a des besoins différents : être reconnu pour soi-même, pour sa compétence, pour ses opinions, pour sa capacité à agir, à réfléchir, pour sa facilité de contacts….Identifier ses propres besoins, veiller à les satisfaire, permet de les prendre en considération et de « tenir » dans les moments difficiles.

12. Enfin, en dernier recours, ne pas oublier les recettes anciennes et éprouvées

L’article nous dit que « le biais d’optimisme est une bonne chose pour notre santé et notre bien-être général. Ainsi l’espoir apaise l’esprit, diminue le stress et améliore la santé physique ». Je vous rappelle la phrase clef de la célèbre méthode Coué : « Chaque jour à tout point de vue je me sens de mieux en mieux » et vous laisse méditer …..

BELLE ANNEE 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Barbara Il y a 3 années (22h00)

Merci pour ce billet positif et pragmatique. ça change des discours moroses ambiants. Des bonnes résolutions qu'on a envie de partager avec d'autres. Merci

Répondre

Bruno L Il y a 3 années (11h55)

Bonjour et meilleurs voeux,Je vous rejoins dans vos résolutions. Je me permettrais d'en ajouter une treizième : "prendre un peu de recul face aux médias qui nous abreuvent à longueur de journée de mauvaises nouvelles et catastrophes en tout genre" Laissons notre instinct nous guider et capitalisons sur nos ressources personnelles. Le
retour au bon sens nous fera grand bien.Merci pour votre billetBien à vous Lire la suite

Répondre

Gilles Il y a 3 années (00h12)

Voici de bonnes résolutions et de précieux conseils! Merci. Votre billet me fait penser aux 12 lois du cerveau (John Medina) qui préconisent notamment l'exercice physique pour booster nos facultés mentales, de ne jamais cesser d'apprendre et d'explorer le monde qui nous entoure, d'être conscient que nos souvenirs sont instables et
donc susceptibles d'être déformés, de prendre soin de notre sommeil qui est étroitement lié à notre capacité d'apprentissage, de savoir que notre vue l'emporte sur tous les autres sens, d’accepter nos différences de genre entre le cerveau de l'homme et de la femme comme étant complémentaires et non opposées, de prendre compte que le stress modifie notre manière d'apprendre... Prendre soin de soi et de ses proches et inviter chacun à en faire autant, voici mes vœux 2012. Bonne année et merci encore. Lire la suite

Répondre

Jean-Pierre Il y a 3 années (16h09)

« Chaque jour à tout point de vue je me sens de mieux en mieux » et vous laisse méditer …..

Répondre

Jean-Pierre Il y a 3 années (16h20)

Annette,Je suis l'auteur de la Méthode Coué chez Eyrolles, classée par le Parisien comme un des ouvrages essentiels de 2011.Trois remarques pour rendre à Emile ce qui est à Coué :1/Sur la forme : la formule universelle de Coué est la suivante : "Tous les jours et à tous
points de vue, je vais de mieux en mieux."2/Sur le temps : votre référence à "chaque jour" révèle paradoxalement le fond de la méthode : Tous les jours renvoie au caractère progressif de la méthode qui s'inscrit dans une double temporalité : immédiate comme vous le soulignez avec justesse : chaque jour et tous les jours de notre vie. La méthode s'applique pendant toute notre vie.3/Sur l'intention : Coué dit "je vais" et pas "je sens". La méthode Coué est un approche orientée solution de programmation neurolinguistique fondée sur la suggestion. L'intention de Coué est le "passage à l'acte" signifiée dans le présent progressif, qui est temps de l'action "presque" en train de se faire. Je vais désigne l'action que je vais faire.En vous remerciant encore de votre référence ! Bonne année 2012 ! Rencontrons-nous !De mieux en mieux Jean-Pierre Lire la suite

Répondre

@Jean-Pierre Il y a 3 années (17h47)

Merci Jean Pierre de ces précisions précieuses, j'ai vu votre ouvrage effectivement et suis très interessée pour le lire. Se rencontrer ? Avec plaisirBien cordialement Annette

Répondre

@gilles Il y a 3 années (17h52)

Merci beaucoup Gilles, il est vrai que l'on peut commencer par travailler sa capacité à prendre soi de soi et de ses proches, pour être ensuite capable de faire face à des enjeux plus larges. Bien cordialement Annette

Répondre

@bruno Il y a 3 années (18h00)

Oui, Bruno, prendre du recul, être en mesure de garder son quant à soi et sa propre évaluation des situations quels que soient les messages et la multiplicité des informations pessimistes qui nous entourent, voilà un joli exercice pour 2012!! Merci de votre commentaire Bien à vous Annette

Répondre

assurance auto jeune conducteur prix Il y a 8 mois (15h47)

article court mais pertinent, merci pour l'info ! assurance auto jeune conducteur prix http://www.alexplancassagne.com/Agence-AXA-Assurances-Vincent.html

Répondre