Et si la psychologie était utile aux managers

Par le 5 novembre 2012

Les formations au management apportent aux managers des outils, des techniques qui reposent sur des concepts issus des pratiques et de la recherche, notamment en sciences humaines. De ce fait, les enseignements et la recherche en psychologie sont utiles au manager pour comprendre son comportement, ses émotions (et ceux de ses interlocuteurs) et les répercussions de ses attitudes sur ses pratiques managériales au quotidien et ce, afin qu’il puisse agir et progresser.
De la psychologie certes, mais laquelle ? Les domaines et les disciplines sont divers et variés. Dans ce premier article, je vais aborder surtout les recherches en psychologie sociale qui ont vocation à être applicables en management.

Vous avez dit « psychologie sociale » ?

La psychologie sociale est une discipline scientifique qui s’intéresse à ce que pensent, ce que font et ce que ressentent les personnes insérées dans un environnement social. Son objet est d’analyser les dispositifs et les stimuli qui influencent nos comportements sociaux et qui déterminent et orientent les relations et les conduites des individus au sein d’une société.
En quoi est-elle utile au manager ? Elle lui permet de comprendre, par exemple, en quoi les valeurs, les appartenances catégorielles, l’identité sociale, les phénomènes de perception, la recherche de l’équilibre cognitif ou les représentations influencent son comportement et les répercussions sur son équipe.

Willem Doise (in « Psychologie sociale et développement cognitif »,  Armand Colin) définit quatre niveaux d’analyse distincts qui permettent au manager d’analyser les situations managériales.

Premier niveau intra psychique ou intra-individuel

Il se réfère à l’individu et se limite aux processus internes aux sujets. Par exemple : la manière dont ils organisent leurs pensées, comment ils évaluent leur environnement et comment ils se comportent face à cet environnement. En somme, on regarde comment le sujet vit son expérience dans son environnement, comment il fait pour organiser sa vie sociale.

Prenons un exemple. David présente à son équipe le plan d’action défini par le service qualité pour améliorer le taux de service. Il explique et argumente ce projet assez complexe. Comment va t il aborder ce sujet ? Comment présenter les données et les informations pertinentes face à l’un de ses collaborateurs qui manifeste des signes de résistances et de scepticisme ?

Analyser ces processus au niveau de la personnalité de David et de son collaborateur, et de leurs systèmes de traitement de l’information relève de ce premier niveau.

La prise en compte de ce premier niveau par le manager montre qu’il cherche à comprendre ses collaborateurs plutôt qu’à les évaluer à travers le filtre de son propre cadre de référence. Attention cependant aux projections, aux interprétations : le manager ne peut formuler que des hypothèses qu’il aura intérêt à valider auprès de l’intéressé.

Deuxième niveau : inter individuel et situationnel

Ce deuxième niveau d’analyse s’intéresse à la dynamique des processus entre individus dans une situation donnée, aux mécanismes des relations entre individus ou entre groupes.
Il s’agit ici d’étudier les interactions entre les personnes, par exemple analyser les modalités des relations entre deux personnes en situation de conflit ou en résolution de problèmes. Le diagnostic ne porte pas ici sur la personnalité des individus mais sur la relation et la dynamique interpersonnelle qu’ils mettent en place dans cette situation : une organisation interindividuelle et comment tout ce qui est mis en place affecte le résultat.

Revenons à David. Il sait qu’il peut compter sur Alain son fidèle collaborateur qu’il a lui même embauché. Il est également au courant des causes d’absence de Michel, un technicien très apprécié par l’équipe. Le plus difficile pour lui est de convaincre Olivier, son partenaire de tennis et ami de longue date.

Analyser la dynamique d’échange, les jeux de rôle au sein de cette réunion, les stratégies conscientes ou inconscientes, explicites ou implicites, telle est l’approche du deuxième niveau.

De nombreux modèles et outils, accessibles aux managers, permettent de comprendre et d’agir à ce deuxième niveau. Il s’agit de changer l’interaction plutôt que de chercher à changer les individus. S’il est opérationnel et dans le champ de responsabilité du manager, ce deuxième niveau n’éclaire qu’une partie de la réalité.
En effet, la bonne connaissance des membres de l’équipe et la capacité à gérer et réguler les relations entre les membres de l’équipe est certes primordiale mais encore pas suffisante.

Troisième niveau : le niveau positionnel

Dans la même réunion, David, ingénieur reconnu par ses réalisations et ses succès, doit composer avec trois équipes : celle des techniciens, celle du matin composée des anciens, qui connaissent parfaitement le travail, et enfin celle du SAV  qui est pour 80% du temps à l’extérieur chez les clients. Quand à Julie, la nouvelle stagiaire qui a un grand respect pour la hiérarchie, elle  ne cherche qu’à apprendre et capitaliser de l’expérience, elle respecte à la lettre les directives de son tuteur David.

Comment toutes ces personnes vont-elles se comporter ? Quels sont les mécanismes d’influence et de pouvoir qui vont s’opérer entre les membres de l’équipe. Comment les décisions seront-elles prises ? Comment va réagir telle personne?

A ce troisième niveau, les explications se trouvent dans les diverses positions sociales des individus et dans les relations hiérarchiques du système où ils évoluent.
L’individu est socialement intégré dans des groupes divers et variés, avec des relations hiérarchiques explicites ou implicites. Ces appartenances vont affecter ses comportements, ses pensées et bien sûr ses relations et ses décisions : on s’intéresse ici au statut et à la fonction.

Ce troisième niveau d’analyse resitue l’individu dans son contexte de travail : à l’intrapsychique et au relationnel s’ajoute le fait qu’il exerce ses fonctions dans un système qui définit ses limites et ses marges de manœuvre.

Quatrième niveau : le niveau idéologique

Ce quatrième niveau relève d’une vision plus globale. Il se situe au niveau de la société en tant que culture avec ses croyances, ses valeurs, ses normes et ses idéologies. Toutes ces données vont influencer la personne au niveau de son comportement, ses attitudes, ses modes de pensée et enfin ses actes.

J’aurais dû commencer par : David travaille depuis  5 ans au sein d’un groupe agro alimentaire japonais. Le groupe a une vision très pointue sur la qualité, l’hygiène et la sécurité sans oublier les améliorations permanentes, la croyance dans la persévérance, le travail bien fait. L’effort permanent et la réussite collective sont les valeurs de ce grand groupe. Tous les mois une note révèle le meilleur et le moins efficace des collaborateurs.

Quelles sont les croyances idéologiques de ce système? Comment ces principes vont-ils impacter les comportements? Quels sont les mécanismes de soumission et comment les personnes pensent-elles, agissent-elles et intègrent-elles ses croyances et ses valeurs ?

Ce quatrième niveau resitue les comportements dans un cadre plus global qui, s’il influence les collaborateurs, ne leur retire en rien leur libre arbitre.

Dans le diagnostic, les différents niveaux d’analyse peuvent être articulés. Une  analyse d’un comportement ou d’une situation ne dois pas se limiter à un seul niveau. Les quatre sont en interactions et bien évidement liés .

Et vous, à quel(s) niveau(x) analysez-vous les situations auxquelles vous êtes confrontés ?

Les différentes théories de chaque niveau feront l’objet de prochains billets pour expliquer en quoi elles peuvent guider les manager et si la psychologie est utile aux managers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Isabelle Joré Soler Il y a 2 années (18h37)

Au jeu des devinettes, je dirais que le 1° niveau correspond à Freud, le 2° niveau à la systémie et aux grilles relationnelles (Process Com, Analyse transactionnelle, etc), le 3° niveau à l'Analyse Stratégique des Organisations (et notamment les travaux de M. Crozier). Quand au 4° niveau, de trés nombreux
chercheurs ont dissertés sur ce thème, donc je donne ma langue au chat ! Je saurai si j'ai gagné danss les prochains billets... Lire la suite

Répondre

Mondanel Vincent Il y a 2 années (16h45)

Je dirai que dans les 4 niveaux, seuls le premier et le troisième me concernent et me semblent important. En effet, j'aime convaincre d'autres personnes qui sont réticentes, qui ne partagent pas le même avis que moi. C'est une situation que l'on rencontre dans la vie de tous les jours,
pour ma part, à l'Université, dans la famille, avec les amis. J'essaye d'analyser leur propos, de savoir pourquoi ils pensent cela et pourquoi ils ne pensent pas comme moi. Ensuite, le 3e niveau fait référence aux positions hiérarchiques retrouvées dans les entreprises, si je puis dire de façon visible, "explicite" mais aussi dans la vie quotidienne. En effet, des personnes ont et/ou peuvent avoir une influence sur d'autres, explicitement ou implicitement. On peut y voir derrière, une notion de soumission, d'autorité ou tout simplement, de respect envers son "supérieur". Il est donc primordial de s'intéresser aux comportements d'autrui pour essayer de les comprendre. Il faut aussi essayer de se comprendre soi-même, ce qui est beaucoup plus complexe selon moi. Lire la suite

Répondre
Jacques Isoré

Jacques Isoré Il y a 2 années (10h53)

Cette classification, du plus individuel au plus collectif, est très intéressante. Les trois premiers niveaux me semblent plus facilement accessibles au manager. Le quatrième niveau est davantage lié à l'histoire de l'organisation (entreprise, association, collectivité,...) étudiée ainsi qu'à son activité et à sa culture. Ainsi, l'identité d'une entreprise peut perdurer
malgré plusieurs fusions, rapprochements, rachats. C'est davantage la réalité de ses interactions avec son environnement qui va façonner ses valeurs que l'idéologie de ses dirigeants. Par contre, pour le manager, ses propres valeurs, sa vision, vont constituer son leadership qui me paraît être une dimension différente de sa psychologie individuelle. Ainsi, le niveau idéologique appliqué aux individus, et davantage encore au manager, lui permet d'évaluer la proximité et l'harmonie -ou pas - entre ses valeurs et celles de ses dirigeants. Mais ne faut-il pas, à ce niveau, avoir un oeil extérieur ? Lire la suite

Répondre

Gilles Mérilhou Il y a 2 années (10h44)

Bravo pour cette mise en lien avec les différents niveaux de traitement cognito-comportementaux des informations disponibles en milieu de travail pour le manager. Robert Dilts aurait pu dire que ses 6 niveaux logiques étaient bien mis en valeur par ces 4 niveaux théoriques. Moi je dis merci pour la réflexion
que cet apport occasionne pour moi et souhaite de tout cœur que le manager, ce fameux gestionnaire permanent du paradoxe, y trouve son compte. Lire la suite

Répondre

Ninon Il y a 2 années (15h26)

Ca marche, bon exposé!

Répondre
Abdellah Amjod

AMJOD Il y a 2 années (15h36)

Pour vous répondre Merci pour vos commentaires

Répondre
Abdellah Amjod

A;AMJOD Il y a 2 années (21h56)

reponse pour Isabelle Joré Soler c'est a peut pres ça quoi que le premier niveau n'est pas de freud on est plutôt dans les système de traitements de l'information chez h'omme comme celui de NIWEL et SIMONT par exemple... merci pour le commentaire et le suivant effectivement va traiter le ce premier
niveau merci Lire la suite

Répondre
Abdellah Amjod

A;AMJOD Il y a 2 années (22h02)

reponse pour Mondanel Vincent en effet nous avons naturellement tendance à pensser en premier et en deuxième niveau la plus part de le "psychologie quotidienne" relève de ces deux niveaux quand aux positions hiérarchiques enneffet nous les retrouvons dans toutes nos activités de tous les joursentreprises, et aussi dans la vie quotidienne. la
notion de soumission, merci encore pour le commentaire et au plaisir de vous lire A.AAMJOD Lire la suite

Répondre
Abdellah Amjod

A;AMJOD Il y a 2 années (22h10)

commentaire pour Jacques Isoré Merci pour ce sympathique commentaire L’œil extérieur est effectivement de celui qui ne "baigne" pas donc pas influencé par cette culture et idéologie mais il possède les outils nécessaires pour une lecture objective merci et à la suite A.AMJOD

Répondre
Abdellah Amjod

A;AMJOD Il y a 2 années (22h15)

Merci Gilles Mérilhou et j'espère que ce petit article va aider « ce fameux gestionnaire permanent du paradoxe, y trouve son compte » :).

Répondre