Boussole du temps : mode d’emploi

Par le 14 octobre 2010

Dans un précédent billet, nous suggérions aux managers de passer de la gestion au leadership du temps et de remplacer les horloges par des boussoles. Vous avez maintenant fait l’acquisition de ce précieux instrument mais comment l’utiliser efficacement au quotidien ?

Conseil n°1 : paramétrez votre boussole

Le randonneur qui marche dans le désert de nuit s’oriente en suivant l’étoile du berger qui lui indique le nord. Parmi la multitude d’étoiles dans le ciel, c’est la seule qui lui permet de s’orienter vers sa destination. Il continue de marcher et régulièrement il observe le ciel pour repérer s’il est toujours dans la bonne direction.

La multitude d’étoiles qui scintillent, ce sont les multiples sollicitations auxquelles nous sommes confrontés au quotidien et qui, si nous les suivons, risquent de nous faire « perdre notre nord ». Chacun d’entre nous a donc intérêt à identifier l’étoile qu’il va suivre.

Pour cela, paramétrez votre boussole du temps pour qu’elle vous indique avec précision et fiabilité votre nord, celui qui donne du sens à votre vie et qui vous permet de gérer des priorités contradictoires ou qui nous semblent incompatibles. Comment en effet choisir et sortir de ces logiques de « ou…ou » qui génèrent frustration et malaise et passer au « et…et » sans perdre le nord ? Arbitrer entre des priorités de même niveau ne permet pas de résoudre les contradictions et il convient de définir une méta priorité pour réconcilier se qui semble inconciliable. Le nord, unique pour chacun d’entre nous, doit traduire notre vision du monde, nos valeurs et nos réponses à « qui suis-je et qui je veux devenir ? Qu’est ce qui me permettra de dire que j’ai réussi ? »

Il doit englober les différents domaines de notre vie et en particulier les différents rôles professionnels que nous sommes amenés à tenir aujourd’hui : manager, expert, chef de projet…

Conseil n°2 : ne vous laissez pas guider par la boussole des autres

D’un côté, certains managers ont une multitude d’activités professionnelles et extraprofessionnelles sans se plaindre de problèmes de temps. D’un autre côté, d’autres managers semblent moins occupés mais se plaignent constamment de manquer de temps. Comment expliquer ce paradoxe apparent ? Les premiers subissent le temps comme s’ils n’avaient pas de pouvoir sur lui, comme s’ils n’avaient pas le choix car ils se laissent guider par les boussoles et le nord des autres.

Les leaders du temps utilisent leur propre boussole pour définir et maintenir le cap. Leur posture consiste à :

  • Prendre du recul pour choisir de manière consciente l’utilisation de leur temps et assumer leur choix.
  • Hiérarchiser, faire le tri des multiples sollicitations considérées par leurs interlocuteurs comme urgentes et importantes.
  • Considérer les évènements comme des données et se poser la question suivante « face à cette situation, qu’est ce que je choisis de faire ? »

Conseil n°3 : utilisez sa boussole au quotidien

Le risque, à cette étape de la démarche, est d’en rester au stade des intentions, des bonnes résolutions que l’on prend et reprend régulièrement : le manager a fixé votre cap mais, pris dans le tourbillon du quotidien, il risque de « perdre le nord » en chemin. Pour éviter de s’égarer et continuer à progresser dans la bonne direction, le manager aura intérêt à :

  • Se fixer des objectifs pour chacun de ses rôles professionnels.
  • Traduire ses objectifs en actions en identifiant ses activités à haut rendement, les activités les plus contributives pour progresser vers son nord.
  • Planifier en priorité ses activités à haut rendement et faire preuve de courage pour garder le cap.
  • S’arrêter régulièrement pour faire le point avec sa boussole avant de poursuivre son chemin.

Nous remercions par avance les « managers utilisateurs » pour leurs commentaires concernant l’utilisation du produit…

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

LAMBERT Il y a 10 années

Admettons que le nord magnétique soit celui que le bon sens ou l’intérêt du groupe nous impose.
Le (les ?) nord politique (et pas stratégique) est bien souvent celui que l’on nous demande de suivre.
Dans un monde idéal, les 2 convergent.
Pour un manager opérationnel, la question est :
Doit-on servir l’intérêt de la structure de l’entreprise au détriment de l’entreprise elle-même ?
En d’autres termes, quel sens donne-t-on à notre action, voire de quelle marge de manoeuvre disposons nous ?

Répondre
Avatar

Pierre Il y a 10 années

Assez d’accord avec le conseil n°3, beaucoup moins facile pour le conseil n°2, car dans une équipe les boussoles individuelles ne donnent pas toutes la même direction, ce serait trop facile. Il faut donc, avec les buts différents, arriver à faire avancer une équipe.
Pour le conseil n°1, pas évident non plus, sa propre boussole est automatiquement liée à la boussole de l’entreprise, qui, en fonctions d’évènements extérieurs, peut changer de cap.

Si vous mettez 50 personnes dans un car, pour aller d’un point A à un point B, je ne vais pas dire qu’il y aura 50 façons de voir le trajet, mais il n’y en aura pas qu’une.
Pour certains, ce sera au moins cher, pour d’autres, le plus rapide ou le plus joli, le plus confortable, le plus instructifs … sans dire a priori, qui à la meilleure solution
Le tout est de contenter « au mieux » une certaine population, sur des critères qui restent à définir … les plus nombreux ? les plus virulents ? les plus influents ? les plus rentables ? etc etc etc

Répondre
Jean-Pierre

Jean-Pierre Il y a 10 années

@LAMBERT : merci. Oui, les priorités ne convergent pas dans le monde réel et le manager est confronté à des contradictions, des changements de cap qui peuvent générer des conflits internes entre ce que dois faire(valeurs), ce que je peux faire (moyens), ce que j’ai envie de faire(ressenti). Ce questionnement renvoie ausens que le manager donne à son action.

Répondre
Jean-Pierre

Jean-Pierre Il y a 10 années

@Pierre : merci.
Concernant le conseil n°1 : pour reprendre votre métaphore, il s’agit de clarifier et de se mettre d’accord sur le point B en identifiant ce qui est non négociable sur le trajet et ce qui peut être laissé à l’initiative ou ce qui est susceptible de changer en cours de route.
Concernant le conseil n°2 : oui, je distinguerais ce qui relève du projet et des besoins collectifs de ce qui relève de la prise en compte des besoins individuels.

Répondre
Avatar

Carine Il y a 5 années

BonjourLes fortes pleuis ont re9ve9le9 une insuffisance dans l installation d e9vacuation des eaux use9es de ma maison de Prunet (07) .e7a de9borde =(.J aimerais installer phytoe9puration et toilettes se8ches dans ma maison de Prunet.Serait il possible de rencontrer des personnes en mesure de re9aliser cet ouvrage?Merci de m avoir lu.06 33 78 52 82.A bientotMerci d avancePhilippe

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.