Le Mage et le jeune médecin

Par le 11 juillet 2011

Il était une fois un jeune médecin qui s’était instruit auprès des professeurs les plus réputés de l’université de Montpellier. Avide de savoir, il avait prolongé ses études et appris l’état de l’art dans toutes les disciplines qui avaient une chaire dans ce prestigieux établissement. Lorsqu’il eut reçu tous les diplômes avec les honneurs du jury, il alla trouver le doyen de la faculté et s’enquit d’un autre lieu où il pourrait parfaire ses connaissances de la médecine.

L’œil du doyen s’alluma d’une lueur malicieuse.

  • « C’est auprès du Mage Ran que tu trouveras ce que tu cherches, bien que tu ne le saches pas encore. »
  • « Je sais que je veux augmenter mon savoir », répondit le jeune médecin d’un ton décidé. « Et si le Mage Ran est savant, il sera mon maître. Dans quelle université enseigne-t-il ? »
  • « Tu le trouveras sur les routes de Provence et du Pays d’Oc. Il parcourt la campagne et les villages pour soigner les malades. Demande ton chemin aux troubadours qui chantent les miracles qu’il accomplit. »

Puis, le doyen sortit d’un tiroir un parchemin. Il écrivit deux lignes à la plume d’oie avant de cacheter la lettre avec le sceau de l’université. Il la tendit au jeune médecin interloqué :

  • « Ran est un vieil ami. Fais-moi confiance. Et donne-lui cette lettre de ma part. »

Le jeune médecin noua donc son balluchon et partit sur les chemins à la recherche du Mage Ran. Après plusieurs semaines de marche, il le rencontra enfin dans une auberge bercée du chant des cigales. Son allure était celle d’un homme qui ne ménageait pas sa peine. Son manteau était usé, son visage buriné par le soleil qui frappait les routes de Provence, ses yeux creusés par les longues soirées de veille auprès des malades.

Le jeune homme se présenta et lui tendit la lettre cachetée du sceau de l’université. Le mage prit le parchemin et le fourra dans sa besace. Le jeune médecin commençait à douter de la confiance que le doyen accordait au mage.

  • « A Montpellier  j’ai appris l’anatomie, la botanique, la chimie et l’alchimie. Des professeurs remarquables m’ont enseigné la chirurgie. Quel nouveau savoir as-tu à m’apporter, Mage Ran ? »
  • « Aucun », répondit le mage.

Un grand silence succéda à ces paroles. Le jeune médecin était déçu et en colère d’avoir perdu tout ce temps à rechercher le Mage Ran. Tout cela en vain.

  • « Tu sais beaucoup de choses, dis-tu. Qu’as-tu fait de ce savoir ? »
  • « Je sais repérer les plantes qui guérissent et celles qui sont nocives à l’homme. Je sais broyer les feuilles et composer des potions. Je sais comment opérer un homme dont l’appendice est enflé…
  • « Ces connaissances », coupa le mage, « comment les as-tu utilisées ? »

Cette fois, le jeune homme hésita avant de répondre.

  • « Nous avons fait pousser des plantes médicinales dans un jardin clos. Nous avons appris à manier le bistouri sur le corps d’un homme que Dieu avait rappelé à lui… »
  • « Tes connaissances sont grandes. Je ne t’apprendrai rien que tu ne saches déjà. Ce n’est pas mon rôle que d’enseigner. C’est celui des professeurs que tu as fréquentés toutes ces années. »
  • « Mais alors, pourquoi le doyen m’a-t-il envoyé vers vous ? » interrogea le jeune médecin dépité.
  •  » Parce que mon métier est de guérir les malades. Avec moi, tu utiliseras tes connaissances au service des hommes, des femmes et des enfants qui auront besoin de toi. Tu apprendras à affiner ton diagnostic pour administrer la bonne potion selon la nature des humeurs. A manier le bistouri sur un corps vivant qui souffre. Te sens-tu prêt à me suivre ? »

C’est ainsi que le jeune médecin entra au service du Mage Ran. Avec lui, et dans la variété des situations qu’ils rencontraient en chemin, il apprit son métier et devint un des médecins les plus fameux de son temps. Un jour, alors qu’ils se trouvaient précisément dans l’auberge où ils s’étaient rencontrés, le jeune médecin remarqua :

  • « Mage Ran, vous n’avez jamais lu la lettre que le doyen m’avait donnée pour vous… »

Le Mage sourit et sorti la lettre écornée de sa besace. Le jeune médecin la décacheta et lu ce qu’il avait fini par deviner : « Mon vieil ami, l’érudition de ce jeune homme est dans sa tête. J’ai fini mon travail. A toi de la faire descendre dans son cœur et dans ses mains ».

 

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Barbara Il y a 9 années

Très belle histoire, très belle métaphore pour le manager. Merci

Répondre
Avatar

celcour Il y a 9 années

C’est clair et très bien rédigé ! Merci pour ce conte au message lumineux !

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 9 années

Merci pour vos très beaux commentaires. Le plus beau cadeau, pour un conte, c’est de toucher son public…

Répondre
Avatar

Vincent Il y a 9 années

Très jolie histoire!

Répondre
Avatar

Patrick Auzet-Magri Il y a 9 années

Le noeud dans le bois

C’est l’histoire d’un sculpteur qui découvre un nœud dans la pièce de bois avec laquelle il est en train de travailler. Depuis longtemps déjà, les yeux fermés, il rêvait la forme future de l’œuvre achevée. Mais, aujourd’hui, ce nœud l’empêche clairement de poursuivre son travail tel qu’il l’avait envisagé. Une solution serait de recommencer son travail à partir d’une nouvelle pièce de bois. Mais l’artiste ne peut pas, il ne sait pas abandonner son œuvre. Il décide alors de laisser aller ses mains, ses ciseaux, au gré des mouvements que lui impose le nœud, sans savoir, sans même imaginer la forme finale. En oubliant son projet, il s’aventure. Et là… surprise ! Le problème devient moteur de création. La présence du nœud conduit l’artiste vers d’autres territoires créatifs inconnus de lui jusqu’alors. L’œuvre achevée a dépassé l’œuvre rêvée.
Cette histoire m’a percuté. Elle me renvoie à mon parcours de vie, et, par extension, au parcours de tout un chacun. Je pense aux projections que l’on peut faire et qui sont contrecarrées, renversées, inversées parfois. La tentation est forte de calquer nos agissements sur le modèle d’une vie rêvée, c’est rassurant. Pourtant, il n’y a jamais de certitude, l’image idéale qui un temps rassure s’estompe peu à peu. La réalité nous semble alors hostile à notre propre réalisation. Et nous sommes déçus. Et nous souffrons, nous endurons, nous tenons bon, dans le meilleur des cas. L’événement inattendu, inconnu, sans visage – inenvisagé – survient comme une catastrophe. Oui, l’étranger nous paralyse, tel un lapin pris dans un phare. On ne sait plus agir, on ne se reconnaît plus, ni soi-même, ni les autres. Notre ancien équilibre est bouleversé et l’on se sent tomber. Et on tombe. Et ça fait mal, très mal.
Apprenons à écouter la vie, à nous laisser guider en suivant le mouvement du nœud dans le bois. Ne construisons pas sur des modèles rêvés, risquons l’aventure, devenons artistes de nos vies. Comment ? D’abord, en ne considérant pas l’événement inattendu comme une catastrophe, comme une punition ou un acharnement du destin. Efforçons-nous à accueillir l’imprévu – même douloureux – , à lui trouver une place – sa place – dans nos vies, dans nos cœurs et nos esprits. L’inconnu, l’imprévu, l’inattendu sont dignes de notre respect. Sachons les mettre à l’aise. Ils ne seront plus alors nos ennemis mais nos invités. De cette cordiale invitation naîtra la complicité d’une future et féconde amitié !

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 9 années

Merci Patrick pour ce très beau conte du noeud dans le bois. Le talent du manager est aussi d’aider ses collaborateurs à dépasser ce moment de doute lorsqu’ils découvrent un noeud dans le bois…voire parfois à leur permettre d’identifier les noeuds qui vont leur permettre de progresser…mais laissons chacun interpréter à sa manière – toute autre manière – ce très joli conte…

Répondre
Avatar

Clarisse Pruvot Il y a 9 années

Merci pour ces deux très jolies fables, qui donnent beaucoup à réfléchir!

Répondre
Abdellah AMJOD

Abdellah AMJOD Il y a 8 années

ouahouuuuuuu super excellent
Merci Pascale pour cette belle histoire à lire en fin de « formation de formateur » non?

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 8 années

Merci Abdellah, oui, on pourrait lire ce conte à l’issue d’une formation de formateurs. Chacun de nous peut chercher un Mage Ran pour ancrer dans la pratique quotidienne les déclics, savoirs et réflexes efficaces acquis en formation. Les formateurs en devenir comme leurs apprenants 🙂

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.