Managers, un point de vigilance de votre rentrée : Les risques psychosociaux (Partie 3 sur 3)

Par le 13 septembre 2011

Billet n°3 sur 3

En cette période de rentrée, nous pouvons nous interroger en qualité de manager d’équipe sur notre état interieur : Suis –je heureux de reprendre ? Ai-je comme les enfants avant de retourner à l’école une « boule au ventre » ? Ai-je des nuits plus agitées… ? On pourrait allonger la liste.

Après cette étape d’introspection je vous invite à réflechir à ces mêmes questions pour vos équipes, vos collaborateurs. 

3. Ne pas entrer personnellement en zone de risque

Le manager est en première ligne comme interlocuteur privilégié de ses collaborateurs, observateur des » signaux faibles », des changements de comportements, et des indicateurs de motivation, et de bien être. Or, les managers ont besoin d’outils leur permettant de reconnaitre ces signaux, et ne sont pas assez  formés aux comportements à adopter face à un collaborateur en situation de malaise au travail et à la prise en compte de la dimension juridique de ces questions.

Quelques chiffres :

80% des discriminations se passent au moment du processus de recrutement mais il y a d’autres étapes délicates : promotions, augmentations, postes de management supérieurs, (49%). Dans l’ordre  des discriminations, l’ex  Halde, devenue « le Défenseur des droits »cite : 1 l’origine, 2 le handicap, 3 santé, 4 le genre ; la grossesse, 5 l’activité syndicale.

Le premier réflexe d’auto-protection pourrait être de fermer les yeux ou de minimiser la situation. En fait, la meilleure méthode est de faire face très rapidement et si l’on pense que l’on ne peut pas traiter le problème soi-même, faire appel aux alliés institutionnels : DRH, psychologue du travail, médecin du travail…

Cela demande de mobiliser son courage managérial, pour être soi même défenseur de la différence quelquefois contre les codes sociaux implicites de son organisation. Ce qui demande de les avoir identifiés. Cela demande également de prendre en compte le collaborateur dans son ensemble, dans sa dimension professionnelle mais aussi personnelle.

Nous ne sommes pas aujourd’hui dans un contexte de diminution de ces risques, mais dans un contexte de prise de conscience, dans un moment de changement de paradigme ou la parole s’ouvre ou l’on peut en tant que salarié discriminé sortir de sa solitude.

Pour le manager cela implique de s’extraire d’un certain conformisme :

  • Savoir que l’on a tendance naturellement à recruter des clones de soi même,
  • Se faire violence et penser à la diversité de notre société, est-ce que l’on la retrouve dans l’entreprise, sur quels types de postes, reste-i-il des domaines réservés au masculin, à un certain type de formation, d’origine sociale etc…

La question est : comment exercer son libre arbitre pour intégrer la différence dans un environnement qui demeure fortement normatif ? (Le cadre moyen reste un homme d’une quarantaine d’années, ayant bénéficié d’une bonne formation initiale supérieure, c’est lui qui a les plus d’atouts dans son jeu pour d’abord trouver sa place et ensuite évoluer dans l’entreprise).

C’est un enjeu, c’est un défi, et finalement, on peut l’oser une prise de risque managériale.

Je vous souhaite la meilleure rentrée possible.

PS : Un  nouveau stage disponible dès novembre pour vous managers : Gerez les risques psychosociaux…

>> Découvrez l’enquête sur les pratiques de la discrimination et de la diversité en entreprise.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

André B. Il y a 9 années

Merci Annette pour tes souhaits d' »une meilleure rentrée possible » et pour ces réflexions fort intéressantes autour des Risques psychosociaux; nous sommes tous concernés par ces risques.

En fait, la coupure des vacances est devenue de moins et moins sensible! On profite tous des « nouvelles technologies de communication et d’information » qui font que finalement on n’est jamais vraiment déconnecté du travail. Cela est en soit un des facteurs de risques psychosociaux: de ne jamais pouvoir se « déconnecter » – la disparition de la frontière entre vie personnelle et professionnelle.

En tout cas, c’est une excellente nouvelle ton annonce du stage sur la gestion des risques psychosociaux pour managers. Le volet « transformation sociale » mis de coté, les RPS sont en réalité la manifestation finale d’un mauvais management. C’est justement là où il est possible de les combattre, à la source.

Merci encore,
André B.

Répondre
anette chazoule

anette chazoule Il y a 9 années

Merci Andre pour ce commentaire en effet se déconnecter devient un acte volontaire et qui doit passer par notre conscience pour être mis en acte : Par exemple, si on a pris la (bonne ) résolution de ne pas travailler le we s’obliger le vendredi soir a laisser ses outils dans leur sac et à couper son telephone portable professionnel… comme le dit avec beaucoup de pertinence un collègue « il faut savoir enlever les doigts de la prise !  » Excellente deconnexion ! et a bientôt

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.