Que nous disent les chevaux ?

Par le 16 février 2015

Après les babouins, les chiens et les oies qui ont fait l’objet d’articles parus dans ce blog, portons aujourd’hui notre attention sur les chevaux. Par leur façon de vivre à l’état sauvage, par nos modes de communication avec eux et par ce qu’ils nous apportent en matière de thérapie, les chevaux représentent un champ d’études qui ne cesse de croître et qui comporte des enseignements riches pour les managers.

Que nous disent les chevaux ?

Les comportements à l’état sauvage

Les observations sur les chevaux en milieu naturel nous montrent que, la plupart du temps, ils vivent soit en groupe familial soit en groupe de mâles célibataires. La hiérarchie y est forte et la communication entre les membres du groupe est constante, riche et variée. Elle se présente principalement sous la forme d’un langage corporel que tous les chevaux reconnaissent dès leur naissance. Vers l’âge de trois ans, ils quittent leur groupe, soit contraints, soit de leur propre volonté, pour trouver un autre groupe.

La stabilité du groupe est forte : une fois la hiérarchie instaurée, elle est rarement remise en cause. Les chevaux montrent ainsi très peu de comportements agressifs, ce qui diminue les risques de blessure et de perte d’énergie. Ils consacrent beaucoup de temps au jeu et à la simulation de combats. C’est là qu’ils développent des comportements de « chef de famille » comme la conduite et le marquage…

Dans la nature, les groupes de chevaux évoluent dans un espace appelé «domaine vital», dans lequel ils trouvent ce dont ils ont besoin pour vivre : eau, nourriture, abri, congénères, minéraux…

Les chevaux sont très attachés à leur domaine vital, mais ne le défendent pas à proprement parler : les domaines vitaux de plusieurs groupes peuvent ainsi se superposer. La taille du domaine vital est variable car elle dépend des saisons, qui modulent la disponibilité des ressources. Dans le cas où des groupes utilisent une même ressource limitée (par exemple un point d’eau), il apparaît une hiérarchie entre les groupes : la famille dominante aura accès à la ressource en priorité.

La plupart des chevaux ont un ou plusieurs congénères préférés. Ces préférences se manifestent par le temps passé côté à côte ou le toilettage mutuel. Les chevaux tendent à se lier à des congénères de même âge et de même rang. Ils sont généralement plus tolérants à l’égard de leur congénère préféré.

Dominance et leadership

Dans chaque groupe, il existe toujours un cheval dominant qui dégage le respect et la confiance de ses congénères. Pour cela :

– il a une attitude juste envers chacun (jeux, approchement/évitement, confrontation, hiérarchie, etc.)
– Il prévient avant d’agir et son action se déroule toujours progressivement (intimidation, menace, aide,…)
– Il fait bouger ses congénères.

Le mâle dominant veille à la conservation de son groupe : en cas de menace, il va rassembler les membres de son groupe par une posture caractéristique, tête vers le bas, encolure allongée, appelée «conduite».

Le leadership est la capacité d’un individu à entraîner les autres dans un changement d’activité : pâturage, déplacement, repos, roulade, jeu… La notion de leadership est à distinguer de celle de dominance : le rôle de leader peut être endossé par n’importe quel individu adulte du groupe, qu’il soit dominant ou non. Selon le moment de la journée ou l’activité, des individus différents peuvent être leaders.

De récentes observations ont montré que la décision d’un déplacement n’est pas initiée par un seul individu : il s’agit en fait d’une décision collective menée par plusieurs membres du groupe.

Communiquer avec les chevaux

Les professionnels de la communication avec les chevaux sont les fameux chuchoteurs, dont les premiers sont américains (les « whisperers » en anglais). Les traditionnels cow-boys sont issus de générations d’homme de chevaux, et le cheval est encore aujourd’hui leur outil de travail. Vivre avec eux, les élever, les dresser, les déplacer sont leur quotidien. Ils ont pu les observer et, pour la plupart d’entre eux, c’est l’envie de changer profondément leur méthode de travail pour aller vers une relation plus douce et plus sécuritaire avec leur cheval, qui les a amenés à travailler avec de nouvelles méthodes.

Que nous disent les chevaux

Ils ont su établir une relation de confiance et de respect avec leur cheval en se rapprochant de leur langage. Leur relation devient si sensible et leur communication si fine, qu’ils n’ont plus qu’à « chuchoter » pour se faire comprendre.
Leurs principes : observer et comprendre pour communiquer. Pour établir cette communication avec son cheval, il est nécessaire de :
• offrir un cadre dans lequel le cheval peut s’exprimer librement.
• Agir et non réagir.
• Ne jamais résoudre un problème par un autre problème.
• Etre en situation de contrôle et non de contrainte.
• Etre toujours en situation de sécurité.
• Demander et ne pas prendre.

Cette approche du cheval est avant tout un langage qui amène à développer une communication claire et intuitive. Apprendre à gérer son stress, ses peurs, ses émotions, ses conflits intérieurs est nécessaire pour établir une certaine complicité. C’est une forme de communication non-violente, que le cheval, médiateur idéal, sait transmettre à qui veut bien l’entendre.

L’équithérapie

Selon la Société française d’équithérapie, « l’équithérapie est un soin psychique médiatisé par le cheval et dispensé à une personne dans ses dimensions psychique et corporelle. »
« Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur », Xénophon, Ve siècle av. J.-C.

Que nous disent les chevaux

Le potentiel guérisseur du cheval gagne en reconnaissance depuis quelques années : les patients sont variés, allant des personnes en souffrance psychologique aux personnes à mobilité réduite, en passant par les patients de maladies de longue durée. Cheval et malade communiquent l’un avec l’autre de façon non verbale par la tension du corps, les gestes, les mouvements,…

Par exemple, un patient sortant du coma doit tout réapprendre, comme un bébé : boire, respirer, s’asseoir, contrôler ses mouvements,… Grâce à l’échange très particulier que le cheval entretient avec lui, c’est tout ce processus que l’équithérapie permet de remettre en place.

Pourquoi ?

La vie naturelle en collectivité des chevaux induit un comportement spontané d’aide aux plus faibles. De plus, ils vivent dans des rapports concrets, directs, dans l’instant présent, dans le ressenti immédiat. Grâce à leur communication uniquement corporelle, ils réagissent à la moindre contraction des muscles. Ils savent parfaitement lire les états émotionnels à travers les micro contractions et relâchements musculaires.

C’est par l’analyse minutieuse d’enregistrements vidéo que les chercheurs ont décelé ces grandes capacités de communication et d’aide – qui passent par une très grande finesse de perception – des chevaux. Chez les humains, cette finesse de perception est moins forte et, de plus, elle est généralement brouillée par la parole, le contexte social et les intentions des acteurs. L’échange entre le patient et l’animal se transforme souvent en grande complicité, il développe la confiance en soi, la vigilance et l’écoute aux besoins d’autrui, ce qui provoque naturellement une plus grande motivation. Les progrès deviennent alors de plus en plus visibles et efficaces, renforçant de nouveau la motivation.

Tout cela demande beaucoup d’attention et de concentration de la part des chevaux qui, malgré leur talents naturels, doivent être particulièrement soignés et doivent avoir suivi une longue formation. Il aura fallu aux hommes de reconnaître à ces animaux des qualités insoupçonnées jusqu’alors, ainsi que le dévouement de quelques passionnés pour investir une quantité impressionnante d’énergie, pour enfin trouver des solutions opérationnelles et efficaces à l’origine de l’équithérapie.

Et vous, managers, quelles réflexions vous inspirent ces modes de vie des chevaux ? Leurs styles de communication vous interpellent-ils ? Leurs façons de régler problèmes, tensions et conflits vous semblent-elles intéressantes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Arnaud camus Il y a 4 années

Bonsoir jacques,
Merci pour votre article ! nous approfondissons une partie de votre reflexion sur notre site http://www.equicoaching.fr
dans l.attente de vos commentaires,
Arnaud Camus

Répondre
    Jacques

    Jacques Il y a 4 années

    Bonjour Arnaud,
    Un petit tour sur votre site m’a permis de découvrir tout l’intérêt de votre démarche : révéler les traits de personnalité, sous l’angle de l’intelligence émotionnelle, grâce au médiateur qu’est le cheval. Très belle approche, intéressante, originale et, je n’en doute pas, efficace. Bravo !

Niouty Il y a 4 années

Merci pour cet article des plus encourageant pour l’activité. Il s’agit vraiment d’une approche originale qui donne envie de l’approfondir et de découvrir le visage des chevaux autrement. Si une formation vous tente, n’hésitez pas à laisser un commentaire sur ce site : http://equi-coaching.sisicommunication.com/ Dans l’attente de vos retours, Encore Merci, Niouty

Répondre

Patrick Auzet-Magri Il y a 4 années

Bonjour, je suis aussi formateur et j’ai été sensible à vos propso sur les chevaux. J’aime aussi écrire, aussi je vous glisse cet extrait d’une de mes pièce sde théatre. Amicalement.

« Les mots sont des chevaux sauvages. Pas facile de les monter. Ils ne se laissent ni dresser, ni parquer. On ne peut que les admirer dans leur fougueuse liberté. Mots légers, chevaux ailés qui tournoient dans les airs. Chevaux de mon cœur, que voulez-vous me dire ? Quel air chantez-vous ? Mettez-moi sur la voie, de grâce ! Ne soyez pas ingrats, donnez-vous du sabot, dansez la farandole ! Est-ce trop vous demander ? Je suis là, hébétée, seule comme une nuit sans lune, seule comme un enfant puni, comme une page nue. Je suis seule et j’ai peur. De grâce, déposez-vous sur moi, mes plaines sont si vastes ! Mon herbe est fraîche et tendre, mes sources chatoyantes ! Déposez-vous sur moi, galopez sur mes terres ! Je suis votre prairie, vous serez mes héros ! Mais vos ailes glissent, tourbillonnent en un long sifflement. Vos arabesques esquissent des sourires narquois et devant ce spectacle je suis comme l’actrice huée par son public. Je vous aime, laissez-vous donc aimer ! Les sifflements redoublent, se rapprochent, m’envahissent, mais je ne sais pas fuir, je bouche mes oreilles, mes yeux se ferment, plus rien. Le silence, le noir. Est-ce donc ça la mort ? Je me sens pourtant bien. Où sont les diablotins que l’on m’avait prédits ? Ce silence est beau, il me plaît, il est chaud. Peut-être qu’alors ne suis-je pas bien morte ? Pas encore. Cette idée me plaît, grand Dieu ! Je suis vivante, je vis. Profitons-en, profitons de ce temps, vivons ce beau silence dans la nuit profonde. Un souffle léger me chatouille les mains, un souffle chaud. Même chose dans le dos, le cou, le visage, les pieds. Toujours dans la pénombre, je suis comme entourée, caressée par ces mystérieux courants d’air chaud. Je ne sais pas bien ce qui m’arrive mais je me sens sereine, en sécurité. Ces langues d’air me bercent et je sens tout mon cœur se livrer, à leur gré. J’ai quand même envie d’ouvrir les yeux à présent, fait-il toujours aussi noir ? Bonté divine, ils sont tous là ! Les chevaux ! Toute la horde est là, rassemblée, resserrée sur moi, ils sont par milliers, à perte de vue, immobiles, silencieux, recueillis. Mais que se passe-t-il ? Je ne sens plus le sol sous mes pieds. Par instinct, mes mains s’agrippent à une touffe de poil. C’est la crinière d’un jeune pur sang blanc aux ailes déployées. Il s’élève et m’enlève, fouettant l’air. Oh mon amour, je suis la voix de tes ailes, de tes sabots, de tes ruades ! Oui mon amour, écris-toi sur mon ciel, gicle ton encre blanche dans la nuit des entrailles, libère-moi ! Mots chéris, mots sauvages ! Chevaux multicolores, laissez vos traces en moi, je serai votre voix !

Répondre

Eric Winckert Il y a 4 années

Bonjour et bravo Jacques, votre article est très intéressant et place bien le cheval dans son rôle d’enseignant. Que ce soit sans le leadership ou le team building, les démonstrations sont claires dès lors que nous y prêtions attention. Je travaille également avec les chevaux en Horse-coaching dans une approche très respectueuse de l’homme et du cheval. Voyez mon site et dites moi ce que vous en pensez. http://www.visionsforleaders.com
A bientôt, Eric

Répondre

    Leonardinho Il y a 3 années

    Les vrais lecteurs du Monde repnod a Bush dans la Gulf:Ecoute ceci Madimaxi! Ou est Diogenes? Il avait raison c est clair.A Abou Dhabi, George Bush accuse l Iran d eatre une menace pour le mondeLEMONDE.FR | 13.01.08 | 15h44 • Mis e0 jour le 13.01.08 | 15h47e9couvrez les re9actions des abonne9s du Monde.fr e0 la lecture de cet article.Frans D.13.01.08 | 23h00Un menteur fini ne finira jamais de mentir.Maria+Laach13.01.08 | 22h42C est clair que la politique e9trange8re des USA dans le golfe a perdu son influence e0 partir de 2006 quand Israel s est montre9 incapable de de9sarmer le Hezb. Cet e9chec a force9 les capitales arabes a re9examiner leurs priorite9s le0 of9 avant ils suivaient aveuglement Washington. L e8re de coope9ration entre acteurs re9gionaux a commence9. Cet e9chec de Bush au MO a donne9 aussi aux Russes et e0 la Chine l occasion de se forger un chemin en Iran, le0 of9 il y a 4 ans ce pays e9tait encore l exclusivite9 des USARams13.01.08 | 21h57C est le discours d un dictateur me9galo qui veut garder la main mise sur le monde, sur tous les plans: e9conomique, politique, culturel, ide9ologique, religieux, etc Et il fera tout pour e7a, sans aucun scrupule. Les mensonges d e9tats, les magouilles, les malversations, les calculs ignobles, il connait. MAIS, cela e9tant dit, qu aurait on fait sans les USA au XX eme sie8cle ? Quelle alternative avons nous aujourd hui ?mongin13.01.08 | 20h46Cocasse! et dangereux. Si un e9tat menace la se9curite9 internationale c est bien les USA de Bush. Les peuples et non-peuples du monde le savent. On note que, comme avec l Irak, la propagande change. Maintenant c est parce que l Iran soutient le terrorisme puisque la menace nucle9aire est sous contrf4le. Enfin, faire une telle de9claration sur la de9mocratie e0 Abu Dhabi et autres e9tats du Golfe est hilarant. Pendant ce temps Sarko est e0 Ryad et entonne le meame refrain.evalouise13.01.08 | 19h05Souvenons-nous, avant de plonger dans un nouveau de9sastre : que la guerre d indochine a e9te9 de9clenche9e apre8s un pre9tendu incident naval qui s est ave9re9 plus tard une grossie8re manipulation que le meame G. Bush a menti effronte9ment e0 tous les peuples du monde et au sien en particulier pour de9clencher une guerre qui a fait des centaines de milliers de victimes irakiennes et ame9ricaines Quant e0 savoir qui menace la se9curite9 et le bonheur de la re9gion : les USA ou l Iran CHARLES L.13.01.08 | 18h33L Irak ne l amuse plus Un nouveau jeu ne serait pas un tapis (persan) de bombes ? Pour faire une vie meilleure pour les familles iraniennes, bien entendu. Familles qui ont l exemple de l enviable vie des familles irakiennes depuis 2003.Henri V.13.01.08 | 18h11M. Bush est un vrai fou dangereux. Il faudrait le signaler e0 Mme Dati.Daniel L.13.01.08 | 18h02Et si l attitude, la politique de Mr Bush et les re9actions qu elles suscitent e9taient un danger pour les c9tats-Unis et pour le monde.dico13.01.08 | 17h23Incroyable ce que peut nous imposer la de9mocratie essouffle9e de nos pays dominants. Ce menteur, piteux va-t-en guerre des temps modernes, obnubile9 par le contrf4le des ressources pe9trolie8res d’autrui, retourne e0 la charge, apre8s la catastrophique expe9dition coloniale irakienne. Si la de9mocratie e9tait re9elle, cet individu serait en attente de jugement, tant dans son pays, qu au TPI mais il est vrai que cette lamentable institution ne juge que les gens des pays domine9s. C EST BUSH LA MENACE!Honk13.01.08 | 17h23Irak : Yeah faut liberer ces puits de petrole de ce dictateur et ses armes de destruction massive Iran : Yeah ce dictateur a besoin qu on libere son petrole Coree du Nord : Pas de petrole ? Pas de liberation USA : Liberating Money all around the world ! (USA : On libere le fric dans le monde entier)Christiane D.13.01.08 | 16h54L hf4pital qui se fout de la charite9 !Michelle B.13.01.08 | 16h32Il l avait de9je0 dit pour l Irak. On a vu les mensonges et tricheries qu il a employe9s pour en convaincre ses allie9s. Ca fait vraiment peur. Le re9gime actuel de l Iran est abominable, mais une guerre dans cette re9gion du monde aurait des conse9quznces encore + catastrophiques que pour l Irak. Bush et les autres apprentis sorciers seraient responsables d un conflit mondial. Et depuis quand la CIA n est-elle plus capable de renverser pacifiquement un re9gime qui de9plait au grand boss (cf. Allende)?Jean-Baptiste B.13.01.08 | 16h21Pendant une seconde j ai cru lire A Abou Ghraib, George Bush accuse l Iran d eatre une menace pour le monde .

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.