Changement, transformation, évolution : quel terme utiliser ?

Par le 28 septembre 2015

On considère que le changement devient permanent pour les entreprises. Une entreprise qui ne change pas risque de rester à quai devant un train qui va de plus en plus vite. Il est vrai que tout change vite et que de nouvelles pratiques apparaissent : la digitalisation, les nouveaux modes de consommation, etc.

Changement, évolution, transformation : quel terme est le plus approprié ?© Shutterstock

La nécessité de changer le terme

On constate aussi que certaines entreprises préfèrent utiliser d’autres termes que « changement ». Par exemple, on voit ça et là le terme « transformation » le remplacer. Certains pensent aussi au terme « évolution ».

Il est vrai que le terme « changement » est porteur de significations qui peuvent rebuter le personnel. Les personnes pensent que cela va bousculer les habitudes, modifier des pratiques et les écarter de situations qu’ils apprécient. Aussi, les dirigeants s’attendent à des résistances plus ou moins fortes qu’il va falloir traiter et qui risquent de retarder le projet.

Oui, mais…

Alors quoi de plus simple que de modifier le terme et de penser que la pilule sera plus facile à avaler. Oui, mais… le terme « transformation » peut faire peur aussi, car il peut signifier un bouleversement en profondeur.

Alors tentons « évolution »… Oui, mais… Celui-ci peut être considéré comme trompeur, car les modifications pourront apparaître importantes et cela peut engendrer des réactions comme pour des personnes qui ont été prises et ne se feront plus prendre !

Que faire ?

Alors, que faire ? Je ne donnerai qu’un conseil. Soyons franc et honnête. Utilisons un terme représentatif des mouvements qui vont être opérés. Ne donnons pas l’impression de faibles mouvements ou de « refondation » alors que ce n’est pas le cas.

Le terme a son importance, certes, mais ce sont les explications qui accompagnent le projet et les acteurs qui sont les plus importantes.

Pensons en priorité l’accompagnement des personnes plutôt que le vocable utilisé pour annoncer ce qui va venir.

Cet accompagnement devient répétitif car les changements se succèdent voire ont lieu en parallèle. Créons une structure d’accompagnement qui sera sur le pont en permanence ; impliquons les managers dans cette dynamique. Au fond, est-ce que cela ne fait pas partie de leur rôle ?

Et  vous, avez-vous pensé à remplacer le terme « changement » ?

 

Lire plus sur le changement :

Les temps changent

Accompagner vos équipes dans le monde du digital

Conduite ou accompagnement du changement ?

A quel rythme doivent se faire les changements qui impactent l’entreprise ?

Gérer les oppositions dans un projet de changement, est-ce possible?

 

Pour aller plus loin :

Formation : Démarche et outils pour accompagner les hommes et les équipes dans le changement

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Peyronnet Il y a 5 années

Merci pour cet effort de sémantique sur le terme « changement » délicat à utiliser face aux réactions qu’il soulève.
La communication est bien l’art de dire les choses pour les rendre audibles par rapport à un contexte et surtout à l’intensité du changement voulue par une direction générale.
Comme écrivait Jean Christian Fauvet : « du déplacement à la métamorphose, le soc du changement retourne plus ou moins le terreau de l’organisation. »
Selon l’état de dégénérescence/faillite ou d’avancement de cette dernière et j’ajouterai de volonté managériale, l’auteur de la sociodynamique propose 5 démarches/étapes sur lesquelles peuvent s’articuler une stratégie du changement :
– Le réglage : ne touche ni à la structure, ni à la culture, a pour objet de corriger rapidement un incident répétitif ou une panne constatée. Ce simple réglage peut se révéler insuffisant. Il faut alors envisager :
– La réforme : permet d’intervenir sur plusieurs « flux » impliqués dans le dysfonctionnement et agir simultanément à plusieurs endroits : ex coûts, délais, implication du personnel. La réforme est un apprentissage long, mené à petits pas, mais qui ne se fait pas sans difficulté car il remet en cause les habitudes de travail. Et quand la réforme ne peut être menée à temps, il est nécessaire de penser à :
– La rénovation : s’attaque à la structure de l’organisation, relevant directement de la direction générale car elle implique des modifications techniques et financières. ex choix d’implantation d’un site de production. La culture avec le temps va se faire à ces bouleversements en travaillant dans ce nouveau cadre. Ex fusion, privatisation…
– La refondation correspond à une démarche de changement plus profonde puisqu’elle vise les fondements même de l’organisation. Les méthodes de fonctionnement, les pratiques de gouvernement et la culture sont impactées. JC Fauvet cite comme exemple le Général de Gaulle qui a inauguré son retour aux affaires par un changement de constitution. La refondation s’impose en cas de dégradation générale des performances ou des contraintes externes insurmontables par les moyens habituels ; bref, le ‘remède de cheval’ pour éviter de disparaître complétement.
JC Fauvet identifie aussi une 5è démarche : la rhétorique, souvent mise en avant par certains managers. Elle joue plus sur la culture. Peu coûteuse, rapide à mettre en place, elle doit être soutenue par un communicateur/gourou capable de tenir un discours approprié « type appel aux armes » et surtout de montrer une « exemplarité du management ». Utilisée seule elle peut agir comme substitut aux véritables changements à entreprendre.
Alliées à la réforme ou la refondation, la rhétorique peut être un levier puissant du changement.

Voilà encore d’autres mots pour dire « changement »…

Répondre
Avatar

Fabien RAYNAUD Il y a 5 années

Au-delà des mots (« changement » ou « transformation », ou « évolution », ou bien d’autres encore…), ce qui compte avant tout c’est la conduite de ce changement. Cela passe tout d’abord par la communication avant le changement : expliquer pourquoi ce changement est nécessaire, en quoi il contribue à la stratégie de l’entreprise, et surtout comment chacun sera impacté (aussi bien positivement que négativement).
Si le changement n’est pas compris ou accepté, alors il sera nécessairement rejeté. C’est en amont que tout le succès de l’opération se prépare.
Une fois le changement effectué, il faut continuer à accompagner les personnes si elles restent déstabilisées par rapport au changement, et aussi vérifier par l’usage que le changement est bien assimilé, voire s’il n’est pas nécessaire de faire quelques réajustements par rapport au changement initialement prévu.

Fabien RAYNAUD
http://www.FabienRaynaud.com

Répondre
Avatar

venousto Il y a 5 années

phi-phi=1
0phi=1

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.