Renforcez la puissance du collectif avec la liste de choses à rire

Par le 19 octobre 2015

Avez-vous parfois le sentiment que la morosité est trop souvent présente au sein des équipes, que les choses se font sans entrain, que les plaintes prennent beaucoup de place dans les discussions ? Chacun de nous connaît dans son entourage professionnel des personnes qui râlent lorsqu’il pleut, et quelques semaines plus tard lorsque le soleil brille, se plaignent de la chaleur excessive…

Le rire au bureau

© Shutterstock

Toutefois, si cette situation ne vous convient pas, attention : vous n’allez pas vous plaindre à votre tour d’avoir trop de plaintes au sein de votre équipe, tout de même ? Pour éviter ce « comble du Schtroumpf grognon », regardons un peu ce que l’on peut faire pour recycler l’énergie collective de manière positive.

Dressez une première « liste de choses à RIRE » pour lancer la dynamique

Commencez par établir une liste simple et presque naïve de situations qui ont pu faire rire dans l’histoire de l’équipe. Puis élargissez les contextes et mettez tout ce qui vous a fait rire ces derniers temps, et même il y a plus longtemps : pensez à des situations professionnelles ou personnelles dans lesquelles vous avez été pris d’un fou rire. Faites votre mini brainstorming individuel !

Vous avez forcément vécu ces réunions où, après un (ou plusieurs !) moments d’hilarité collective, le travail reprend avec beaucoup plus de légèreté, mais aussi d’efficacité et de créativité. C’est à ce moment que l’on se dit « dommage que cela n’arrive pas plus souvent ».

Dans votre rôle de manager autorisez-vous à dédramatiser certains sujets. Rire des situations qui nous ont mis dans l’embarras, nous autorise à porter un regard différent sur ce qui a été vécu comme un « moment de solitude ». Il y a des situations drôles, de manière intemporelle. Pensez à Molière qui a si bien fait la caricature de ses contemporains : comique de situation, de caractère, burlesque… Tous ces ressorts comiques fonctionnent encore très bien aujourd’hui.

Vous pouvez aussi utiliser un « filon » qui marche à tous les coups si vous manquez d’inspiration : le décalage humoristique.On évoque une idée qui n’est bien sûr pas du tout imaginable dans la vie réelle, mais le simple fait de se projeter en train de le faire provoque l’hilarité. Proposer une idée totalement saugrenue devant un aéropage de directeurs, avec un air très sérieux et des diapositives magnifiques, comme s’il s’agissait du projet du siècle, et répondre aux objections avec le plus grand sérieux, doit naturellement rester dans le domaine des fantasmes.

Une fois votre liste bien garnie, faites le tri ! Ne gardez que les idées susceptibles de susciter un rire vraiment collectif (évitez de rappeler le jour où Jacqueline avait craqué son pantalon si elle-même n’a pas ri ce jour-là !).

Affichez votre liste, l’air sérieux

Collez votre affichette : cela peut être une feuille A3 sur laquelle vous avez écrit quelques idées à la main, directement sur la feuille, d’autres ajoutées sur des post-it©, avec un titre au feutre dans un style ‘graffiti’ qui invite en quelque sorte à transgresser l’interdit… Prenez soin de laisser beaucoup de place pour que les collaborateurs puissent compléter cette liste au fil de l’eau.

Expliquez d’un air détaché que cette feuille servira lorsque le baromètre du moral collectif descendra en-deçà d’un certain seuil, que vous avez la nostalgie des récrés où vous rêviez d’aller écrire des graffitis sur le mur sans avoir jamais osé le faire… Dites ce qui vous passe par la tête pour ne pas donner d’importance à cette affiche et faites votre réunion.

A la première pause, chacun pourra lire. Aussitôt, les uns et les autres vont se faire un plaisir de compléter ce qui va vite devenir un espace de complicité de l’équipe. C’est sans fin ! Les meilleures perles seront répétées et enrichies peu à peu par les collaborateurs, au-delà de l’affiche : les turbines de l’énergie collective sont lancées.

Sachez poser les règles du rire qui renforcent l’énergie collective

Eh oui, le rire n’empêche pas la méthode : même dans ce domaine il y a des bonnes pratiques et des points de vigilance !

On le sait tous : une franche rigolade à plusieurs, c’est formidable si le rire est réellement partagé. L’ironie et le sarcasme sont à proscrire. Lorsque les collaborateurs vont sur ce terrain-là, il faut rappeler que la liste a pour objet de nous détendre et pas de nous plomber… Si cela se fait au détriment de certains, ou se transforme en plaintes déguisées, on dérive. Dans ce cas, sans état d’âme –on ne va pas se prendre au sérieux sur le thème du rire– on constate que la liste ne « marche pas » pour le moment, on la laisse de côté et on s’autorise à y revenir plus tard.

Nous venons d’évoquer une condition majeure pour que ce petit outil déploie toute sa puissance : ne pas se prendre au sérieux. L’auto dérision doit être possible pour tous et pour chacun. Privilégiez le comique de situation par rapport au comique de caractère, qui peut stigmatiser un collaborateur. Ou alors moquez toute l’équipe (manager inclus naturellement !) sur un sujet qui a jusqu’à présent été traité uniquement de manière sérieuse, pour donner une permission qui peut susciter des échanges sous un angle différent.

Savourez et faites savourer les vertus du rire collectif

Vous l’avez compris, on ne fait pas diminuer le volume des plaintes en parlant des plaintes mais en captant l’énergie qui en découle pour l’utiliser autrement. Si l’humeur maussade d’un collaborateur déteint parfois sur les autres,  le contraire est vrai également : l’entrain est tout aussi contagieux !

Et en prime, vous avez des bénéfices multiples : célébrez ces effets secondaires positifs comme des compétences collectives qui se renforcent régulièrement, au-delà des temps récréatifs.

Le rire collectif permet de :

  • Développer la spontanéité et la complicité au sein de l’équipe

Rire est un réflexe, cela suppose de se laisser aller réellement. Savez-vous que le fait de rire à plusieurs amène le cerveau à produire des hormones qui contribuent à notre bien-être en plus grande quantité que lorsqu’on rit seul ? On peut difficilement rêver plus bel ancrage émotionnel lorsque l’on est un manager qui souhaite développer la cohésion au sein de son équipe.

  • Dérouiller le cerveau droit

Cela renforce la capacité à sortir du cadre et donc la créativité. Pour certains d’entre nous –question d’éducation– le fait même de rire au bureau est décalé. Autoriser l’humour, ouvre la capacité formidable du cerveau à faire des liens qui paraissent tantôt saugrenus, tantôt incongrus et qu’une posture sérieuse nous amène à censurer… C’est parfois de là que viennent certaines idées de solutions nouvelles à un problème rencontré depuis longtemps.

  • Faire des émules

Car ce type d’initiative ne se dégrade pas s’il est copié, bien au contraire ! Il peut se transposer facilement dans d’autres services, et ainsi favoriser un sentiment d’appartenance plus large, au sein d’un département par exemple… S’il est démultiplié et enrichi, vous pourrez dire dans quelques temps avec votre équipe « ça venait de chez nous, à l’origine ! ». Juste pour rire.

Et vous, quelle est « votre liste de choses à RIRE » ?

Autre dossier sur le même thème

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.