Qualité de vie au travail : Les managers en première ligne

    Par le 24 novembre 2016

    Cegos vient de publier son Enquête annuelle sur le climat social et la Qualité de vie au travail (pdf).

    Pour cette 18e édition, 1 210 personnes d’entreprises et d’organisations de plus de 100 salariés du secteur privé ont été interrogées en France

    (730 salariés, 300 managers et 180 Directeurs des Ressources Humaines – Responsables des Ressources Humaines).

    S’il apparaît que globalement, la perception du climat social dans l’entreprise progresse de façon positive, on note que les managers se déclarent attentifs à leur équilibre vie personnelle-vie professionnelle, et conscients de leurs responsabilités pour ce qui concerne le stress de leurs équipes…

    Le travail demeure une source d’épanouissement personnel

    86% des managers interrogés se déclarent fiers de travailler dans leur entreprise et satisfaits de leur emploi actuel pour 87% d’entre eux.

    Les 3 leviers de motivation

    Dans le tiercé des leviers de motivation les managers relèvent l’intérêt et la variété de leur travail, le niveau de rémunération et la qualité des conditions de travail.

    Pour motiver leurs équipes les managers utilisent la reconnaissance, la proximité avec leurs équipes et la mise en valeur des réussites.

    Motivation des équipes

    Baromètre Cegos 2016 – Climat social et qualité de vie au travail

    Une organisation du temps satisfaisante

    80% des managers perçoivent l’organisation du temps comme satisfaisante. Ils indiquent également être en mesure de faire la part des choses entre vie personnelle et vie professionnelle.

    Le manager comme premier recours

    70% des réponses indiquent que le manager reste le premiers recours des collaborateurs en cas d’insatisfaction au travail.  Le rôle du manager reste de plus en plus lié à la proximité dans des  organisations à géométrie variable et dans un contexte de changement permanent.

    Le stress, une réalité négative

    Le stress et son impact négatif sur la Qualité de vie au travail reste une réalité, malgré une diminution nette par rapport aux enquêtes précédentes.

    En revanche, l’intensité et les conséquences du stress sur la santé sont notées en augmentation. Cela est peut-être dû à une pression intégrée comme « normale » mais qui n’empêche pas les conséquences graves sur la santé des personnes.

    Les causes de stress au travail les plus citées sont : La charge de travail, l’organisation du travail et le sentiment de ne pas être soutenu.

    Tableau des causes de stress des salariés

    Baromètre Cegos 2016 – Climat social et qualité de vie au travail

    Les engagements de l’entreprise

    Sur le sujet plus global des engagements en termes de qualité de vie au travail, les entreprises se sont saisies du sujet.  On observe  une nette progression des accords et actions transversales, ce qui permet d’anticiper les risques.

    Les actions d’information et de formation auprès des managers font souvent partie de ces accords.  Les managers sont ainsi sollicités pour développer leur de prévention et  rôle d’alerte. C’est sur eux que repose au premier niveau la gestion du stress individuel et collectif.

    actions-qvt-entreprises

    Baromètre Cegos 2016 – Climat social et qualité de vie au travail

    Les 3 leviers de la Qualité de vie au travail

    Enfin, pour les managers interrogés la  Qualité de vie au travail repose sur les 3 leviers suivants : Une amélioration de l’efficacité des processus de travail, des relations de qualité et de coopération avec les collègues, et la hiérarchie et des perspectives d’évolution.

    Et pour vous, quels sont les leviers de Qualité de vie au travail qui vous paraissent primordiaux ?

    En vous remerciant par avance de vos remarques et commentaires pour enrichir la vision de ce sujet fondamental.

     

    Pour prévenir des situations à risque :

    Formation : Manager, prévenir les risques psychosociaux dans vos équipes

    Formation : Bien-être au travail et prévention des risques psychosociaux

    Formation : Engager sa démarche de qualité de vie au travail

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    michelland Il y a 6 mois

    C’est exact le rôle du manager est prépondérant dans la QVT de ses collaborateurs. Mais il ne faut pas oublier sa QVT à lui. Les managers sont aussi soumis à des stresseurs importants.

    Répondre

    FABIEN RAYNAUD Il y a 6 mois

    Un des rôles de son manager, en plus de gérer les projets de son organisation est de gérer les hommes qui constituent son organisation ou son équipe. A son niveau, il doit être en mesure d’assurer une bonne ambiance en impliquant les bonnes personnes sur les bons sujets. L’écoute et le dialogue sont deux éléments très importants. C’est aussi au manager de prendre sur lui en cas de mauvaise nouvelle, et de protéger son équipe.
    Tout cela en gardant pour lui-même force et motivation.

    Cordialement,
    Fabien RAYNAUD
    http://www.FabienRaynaud.com

    Répondre

      Lionel ABDULLAH Il y a 6 mois

      .. force et motivation que le manager peut chercher auprès de son responsable hiérarchique….ou pas.
      On parle beaucoup du manager de proximité et des qualités qu’il doit avoir. Mais je n’ai pas encore vu d’article ou d’études faites sur les N+1 des managers de proximité….Car, à mon avis, plus on monte dans la hiérarchie de l’entreprise, plus le management et la prise en compte des collaborateurs doit être importante, non?

    Pierre Il y a 6 mois

    Personnellement en tant que manager j’ai jeté l’éponge à cause des déplacements. Comment peut on parler d’équilibre vie pro vie privée quand on est dehors du lundi au vendredi (voire plus). Dans ces conditions entendre parler de conciergerie, d’espaces de détente, et autres me semble être la qualite de vie de ceux qui l’on déjà !!!

    Répondre

      Pierre Il y a 6 mois

      Qui l’ont déjà ! Désolé…

    Lionel ABDULLAH Il y a 6 mois

    Quel type d’entreprises a été la cible de cette enquête? Quel secteur d’activité? Combien d’employés? Quelle région? Entreprises du CAC40 ou pas? Combien d’hommes, de femmes? Quelle ancienneté dans l’entreprise?

    Répondre

    Richard Il y a 6 mois

    Très bel article et récent .
    Ce qui est dommage c’est que l’on ne voit pas le dirigeant en complément de salariés et manager .
    N’y aurait il pas de pilote dans l’avion ?
    Son point de vue et sa vision est importante , car souvent il y a une grande différence entre ce qu il perçoit et ce qui est .. ou ce qu il ne veut voir .
    Je ne vois pas la confiance comme données …

    Répondre

    Team Ideas Il y a 4 mois

    Un des points les plus intéressants pour moi se trouve au début de l’article, la différence de priorité entre les employés et les managers. Alors que la tendance depuis quelques années est à un management plus souple et de proximité, on dirait que les attentes sont en train de s’inverser.

    On a d’un côté des employés qui ne jugent pas forcément nécessaire la proximité ou une « bonne » ambiance, qui préfèrent une communication claire et transparente et voudraient un manager qui soit là pour recadrer quand il y en a besoin. De l’autre, des managers qui accordent peut-être trop d’importance à la convivialité et qui veulent tout résoudre à coup de teambuilding magique (et c’est un avis en toute connaissance de cause !)

    Comme souvent, la « bonne » réponse (s’il y en a une) se trouve sûrement entre les deux, mais ça prouve bien encore une fois que le bon management, c’est avant tout être à l’écoute.

    http://www.team-ideas.com/

    Répondre

      Gilles ROLLERO Il y a 4 mois

      Votre observation est juste et le premier tableau a également attiré mon attention. La bienveillance est évidemment une qualité très attendue chez le manager, surtout après ces dernières années d’efforts intenses demandées aux salariés. Mais ces mêmes salariés expriment aussi une attente claire: ils souhaitent également des managers exigeants, capable de cadrer des objectifs mobilisateurs, capables de recadrer des salariés « hors-jeu », capables d’être source de dépassement de soi et donc d’épanouissement au travail.
      Cette enquête me conforte dans le modèle managérial que je porte avec l’ensemble du réseau IMPULSION CONSULTING: c’est l’équilibre entre exigence et bienveillance qui permet des résultats régulièrement dépassés et des relations durablement préservées.

    anvarian Il y a 3 mois

    je voudrais avoir seulement les nouveaux commentaires si possible.

    Répondre

    Vicente Il y a 3 mois

    Un peu de reconnaissance malade de une Sarcoidosepulmonaire depuis 4 mois peut être 3 arrêts de travail en 40 ans de carrefour pas une seule fois ma hiérarchie m ‘ a téléphoné pour savoir si je vais mieux . Ceci aussi fait partie de la qualité au travail comme le merci pour un bon chiffre d’affaires par ex

    Répondre

    Piron Stephane Il y a 2 mois

    Effectivement le manager a un rôle prépondérant dans la vie au travail. C’est son côté humain qui fera avant tout adhèrer son équipe à un projet ou une ligne de conduite. Il doit être en priorité considéré comme un collègue de travail. Nous sommes dans le même navire, seulement il faut une personne pour tenir la barre. Il faut surtout que nous, salariés, acceptions le fait qu’un collègue soit un cran au dessus pour nous mener à bon port. Pour que les choses fonctionnent, le côté humain a toute son importance, bien sur il faut de la compétence et de l’organisation, mais sans cette notion d’humain, il aura bon être hyper solide techniquement, rien n’avancera. Nous passons tous plus de temps au travail que chez soi, alors soyons tous main dans la main pour avancer, le travail n’est pas une galère dès lors ou nous y prenons du plaisir. Il ne faut absoluement pas qu’il y ait un fossé entre le manager et ses salariés (collègues).L’intelligence de chacun doit également prévalloir.

    Répondre