Devenir conteur d’histoires pour faire passer le changement

Par le 14 janvier 2011

Comment enfoncer une porte ouverte ? Rien de plus simple que de répéter une évidence, mais c’est parfois nécessaire.

Les entreprises sont sujettes à de multiples changements qui s’enchaînent de plus en plus rapidement. Ils sont multiples et variés. Le changement devient une « normalité ». Ces changements génèrent des résistances, car les personnes préfèrent conserver l’existant. En effet,  elles le connaissent et face à la nouveauté, c’est rassurant.

Les dirigeants sont souvent surpris par les phénomènes engendrés par le changement et les difficultés qui s’ensuivent.

Une évidence apparaît : il faut que le management de proximité aide les équipes dans le changement pour qu’elles l’acceptent.

Devenir conteur d’histoires pour faire passer le changement

Les règles à respecter

Dans un processus de changement, il y a de la part des acteurs une phase de renoncement au passé avant un engagement vers le futur.

Il est important de respecter certaines règles dans les explications que le manager apporte aux personnes. Un ordre est à respecter :

  1. Décrire les causes à l’origine du changement, les événements ou les problèmes qui obligent à bouger.
  2. Une fois cela admis, il faut présenter les objectifs recherchés de façon à parer les difficultés engendrées par ces événements.
  3. Ensuite, le manager présente les solutions choisies et les apports en lien avec les objectifs recherchés. Ces apports sont présentés sous les aspects collectifs mais aussi individuels.
  4. Une fois ces éléments acquis, le manager présente les modalités de la mise en œuvre et de l’accompagnement dont les acteurs vont bénéficier.

Mais parfois, cela ne suffit pas. Penser qu’expliquer les raisons du changement permettra de faciliter l’adhésion est parfois une fausse idée. En effet, les arguments utilisés ne seront pas forcément suffisamment parlants pour les différentes personnes. Les concepteurs des solutions à mettre en œuvre ont suivi un cheminement de pensée qui, s’il est retranscrit tel quel, ne sera pas assez explicite pour le personnel. Il faut reconstruire le processus de présentation pour qu’il soit parlant et qu’il invite les gens à comprendre la nécessité d’agir.

Le choc

Il convient de créer un choc qui rend évidente la nécessité de changer. Quoi de plus marquant qu’une réalité qui parle à l’esprit des personnes. Le manager peut prendre différentes voies pour cela :

  • Utiliser des métaphores.
  • Raconter une histoire vraie.
  • Faire toucher du doigt un fait réel vécu quotidiennement.

Les métaphores sont des moyens pour imager une situation, soit par le biais d’un proverbe, d’une analogie avec un monde connu des acteurs (la vie de tous les jours et les activités y afférant), une histoire à la façon des fables de Jean De La Fontaine qui ont une morale en lien avec l’histoire dont la logique y conduit.

En marquant les esprits, l’histoire reste mais surtout le message qu’on cherchait à faire passer.

Dans certains cas, expliquer les causes d’un problème et rechercher des solutions qui produiront le changement peut être très complexe et long à mettre en œuvre alors que l’on recherche un résultat rapide. Aller droit à la solution peut être la voie à choisir quand on a des situations qui fonctionnent.  On s’inspire alors de leurs différences des cas efficaces avec les autres pour proposer des solutions parce que dans ces cas cela marche. On ne passe pas de temps à rechercher les causes des dysfonctionnements et des solutions pour les éradiquer.

Rechercher l’efficacité des propos

La forme des présentations au personnel, aux équipes est prépondérante pour atteindre l’efficacité. Il vaut parfois mieux des propos, des images chocs qui bousculeront les gens plutôt que des explications trop structurées s’appuyant sur le mode de raisonnement qui  a amené aux solutions.

Quelques clés pour raconter une « histoire » :

  • Susciter l’écoute attentive. Il faut l’émettre en y mettant du sentiment, de l’émotion.
  • L’histoire doit comporter des faits marquants qui restent dans l’esprit des auditeurs.
  • Le narrateur doit être crédible ou bien placé pour raconter cette histoire. Il apparaît ainsi légitime pour la raconter car il ya de lui dedans.
  • L’histoire doit avoir un lien direct avec le message à faire passer. L’auditoire doit être capable de faire la transition entre l’histoire te la réalité concernée.
  • Il faut parler avec passion en transmettant ses propres émotions. Cela se traduit par des changements de rythmes, de ton et de force de la voix.

Pour ancrer encore plus les choses dans l’esprit du public, il faut l’impliquer, lui poser des questions, l’inviter à exprimer ses réactions, voire l’inciter à en tirer les conclusions par lui-même.

Alors pour préparer un changement et sa conduite, entraînez-vous à raconter des histoires. Construisez des histoires pleines du sens à faire passer, ajoutez-y des sentiments et des émotions que vous allez exprimer. Répétez les pour les faire vôtres et pour qu’elles véhiculent non seulement votre ressenti mais aussi pour montrer que vous les vivez et ainsi y apporter du sens.

 

Pour aller plus loin :

Formation : Démarche et outils pour accompagner les hommes et les équipes dans le changement

Formation : Mieux écouter pour mieux décoder

Formation : Communiquer avec aisance en situation difficile

 

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Fred Barut Il y a 10 années

Je suis entièrement d’accord avec votre analyse : En matière de changement, la manière de passer les messages est déterminante, mais le danger d’être tenté d’en faire un peu trop est grand. Malheureusement, trop d’acteurs du changement franchissent un peu vite le pas entre « conter L’histoire » et raconter des histoires…

Dans la gestion du changement, le poids de la relation humaine dans le processus d’adhésion est important et il ne faut pas se compromettre avec la vérité. C’est l’expression la plus juste de cette vérité qui est un des éléments moteurs du changement… et d’adhésion. Si les raisons véritables du changement ne peuvent pas êtres communiquées, doivent être fortement habillées, ou ne sont pas de nature a générer de l’adhésion, il faut impérativement se poser la question du pourquoi et revoir sa copie. Bâtir un changement sur un mensonge serait suicidaire : toute vérité finit par se savoir et là, l’adhésion est définitivement perdue…

Répondre
Avatar

Maud Il y a 10 années

Très bel article et tellement pertinent! A diffuser sans modération.

Répondre
Avatar

Hommecle Il y a 10 années

Il y a des changements tellement drastiques ou chaotiques qu’il est de toute manière très très difficile à faire passer.

Répondre
Avatar

Papy Georges Il y a 8 années

Bonjour,

Une méthode pour accompagner le changement peut-être de faire écrire l’histoire par une partie ou l’ensemble des salariés. Conter une entreprise, l’histoire d’un service, d’un produit par ses salariés accompagnés d’un intervenant est je pense fédérateur.

Cordialement

Papy Georges

Répondre
Avatar

Christophe BANZET Il y a 4 années

On est tous résistants au changement à des niveaux différents. Je vais commencer par me raconter des histoires pour voir si je suis persuasif. Il faut des arguments pour sortir les personnes de leur zone de confort !!

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.