Définir une vision partagée et la communiquer

Par le 23 janvier 2014

Vos réponses à notre sondage du mois de décembre qui portait sur ce qui caractérise le plus le leadership d’un manager abondent dans le sens de la citation de Peter Drucker : « Chaque fois que quelqu’un va voir l’un de ses collaborateurs et lui dit : « Voilà la contribution que je vais essayer d’apporter et les résultats que j’espère obtenir », l’autre lui répond toujours : « Pourquoi ne pas me l’avoir dit plus tôt ? ». En effet, vous avez été en effet 78% à répondre que la capacité du manager à faire partager sa vision est essentielle pour vous.

Les grands leaders ont en commun une capacité à définir et à communiquer une vision positive de l’avenir, qui répond aux aspirations des interlocuteurs concernés par le projet.

Mais pour quelle raison cette compétence est-elle aussi importante aujourd’hui ?

L’importance de définir et décliner une vision

Dans un contexte en changement permanent, fonder sa stratégie uniquement surdes prévisions, c’est-à-dire la projection dans le futur de la situation actuelle n’est plus efficient. Pour orienter l’action au quotidien d’autres approches doivent être développées. Les organisations ont besoin de leaders qui définissent une vision c’est-à-dire une image volontariste et positive de l’avenir. Le fait que le leader soit orienté vers le futur plutôt que le passé est, dans ce sens, une condition indispensable. Son mode de pensée est déterminant car il oriente sa réflexion, ses émotions et ses actions. En étant proactif, il se programme pour réussir : en période de crises, il sait transformer les contraintes en opportunités pour introduire des innovations en rupture.

Une autre compétence attendue de la part d’un leader est sa capacité à donner sa dimension stratégique à un objectif. Son rôle consiste à traduire la vision stratégique en objectifs et en actions collectives et individuelles. Il permet ainsi de mettre en perspective l’avenir pour construire le présent.

La capacité à communiquer une vision partagée

Gandhi aurait « prêché dans le désert » si sa vision de l’Inde indépendante n’avait pas été une réponse à une aspiration (même latente) du peuple indien. La vision doit être partagée et proposer à chacun un enjeu stimulant qui l’invite au dépassement de soi et oriente son action au quotidien. Passer d’une vision individuelle, celle du leader à une vision partagée, celle des collaborateurs nécessite un acte conscient et volontariste. C’est la capacité du leader à mettre en perspective les représentations de la situation actuelle et les attendus de la situation souhaitée qui fera la différence. Ainsi, l’acte managérial vise le progrès tout en préservant l’essentiel pour l’organisation.

Une autre caractéristique commune reconnue aux grands leaders réside dans leur capacité àfaire adhérer à leur vision : ils savent capter l’attention et les regards de leur auditoire et ils installent très vite leur présence quand ils prennent la parole. Cette présence est liée à la confiance qu’ils ont en eux-mêmes et leur capacité à mettre en cohérence ce qu’ils disent (le contenu), la manière dont ils le disent (voix, ton, rythme, volume, timbre…) et les signes non verbaux (posture, gestuelle, mimiques, regard). En effet, l’impact d’un message est non seulement lié aux mots utilisés mais également à la forme, à la façon de le faire passer d’autant plus que la communication non verbale traduit les intentions et la conviction du leader dans la réussite du projet.

Et vous quelle vision avez-vous partagée avec votre équipe ? Comment l’avez-vous communiquée ?

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

dirare abdesselem Il y a 7 années

Les nouveaux sociologues des organisations disent que le management est à la fois une science, une philosophie et un art. Et dans ce sens la mission du leadership n’est pas uniquement « définir et partager une vision positive du futur » pour aboutir à une situation dans laquelle tout collaborateur se trouve « invité au dépassement de soi » sous contrainte d' »un enjeu stimulant », non, la mission de ce leadership n’est pas ceci , sa vrai mission est de maitriser l’art de convaincre ses collaborateurs (softly and deeply) que la « vision positive » est leur produit eux aussi pour garantir leur engagement inconditionnel qui est une condition focale pour tout succès de toute organisation. Les collaborateurs doivent avoir le sentiment d’appliquer une idée ou une stratégie qui est la leur ou au moins qu’il ont contribué à son architecture, ce qui garanti leur estime de soi (self-estimation) et leur donne beaucoup d’énergie pour chercher le succès.
Et quand ces nouveaux sociologues ont formulé la loi scientifique qui dit:
– If there is positive internal factors in the organization , the success is guaranted, and if those internal factors are negative, the failure is guaranted too » , ça n’a pas autre sens que celui qui dit que les collaborateurs doivent être « Acteurs » et non pas tout simplement « des convoqués » à appliquer ce qu’un tel leader a voulu partager avec eux. TOUS INNOVATEURS !!!!
Merci infiniment Jean Pierre Testa.

Répondre
    Avatar

    bangala munda patrick Il y a 5 années

    oui ,un grand leader doit avoir une capacité de communiquer avec ses collaborateurs ,parce qu’il y a une différence entre un leader et un grand leader :un leader est une personne qui déploie les autres tandis qu’un grand leader :il déploie les autres et se déploie lui même.

Jean-Pierre

Jean-Pierre Il y a 7 années

@dirare abdesselem : merci pour votre contribution. Oui, il s’agit bien d’une co-construction dans laquelle les collaborateurs sont acteurs. Cordialement.

Répondre
Avatar

Ibro Arzika Mahamane Il y a 6 années

mettez moi au courant de toutes nouvelles publications

Répondre
    Jean-Pierre

    Jean-Pierre Il y a 6 années

    @Ibro Arzika Mahamane : merci pour votre intérêt pour notre blog. Vous pouvez vous abonner pour être informer des nouveaux posts. Cordialement

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.